Régime, régime amaigrissant et restriction cognitive

Régime, régime amaigrissant, restriction cognitive? Tous ces termes se mélangent peut-être pour vous…

  • Régime :
    Un régime, c’est simplement un ensemble de prescriptions concernant les aliments et destinées à maintenir ou à rétablir la santé. Il n’y a pas nécessairement de perte de poids associée. Pourtant aujourd’hui dans les esprits, faire un régime, c’est vouloir perdre du poids. Même entre professionnels de santé, ce terme est de moins en moins utilisé, tant il fait référence à la perte de poids. Par exemple, on parlera plus volontiers d’une alimentation pauvre en sel, qu’un régime sans sel par exemple.
  • Régime amaigrissant
    Le régime amaigrissant, c’est un ensemble de règles données pour contrôler l’alimentation afin de perdre du poids. Il y a un contrôle des apports alimentaires par des facteurs cognitifs à la place d’une régulation homéostasique. Plus simplement, c’est la tête qui décide de l’alimentation et non plus le corps. Par exemple, ne pas manger de féculents le soir ou prendre un shaker à la place d’un repas.
  • Restriction cognitive
    La restriction cognitive, c’est l’intention de contrôler son comportement alimentaire par le mental, que ce soit finalement réalisé ou non, dans le but de maigrir ou de ne pas grossir. Ce n’est pas un comportement, simplement une intention et c’est là où c’est finalement le plus insidieux car plus difficile à détecter. Il peut y a voir de la restriction cognitive sans régime amaigrissant. C’est ce qui se passe à force d’être imprégné par les règles alimentaires. Par exemple, «Je me fais plaisir ce midi, je devrai être raisonnable ce soir» ou «à partir de lundi je me reprends».

    La restriction cognitive est problématique car elle entretient une insécurité autour de l’alimentation et est souvent (pas que) responsable des compulsions alimentaires qui conduisent à augmenter les émotions désagréables comme la frustration et la culpabilité. Si vous vous sentez concerné, n’hésitez pas à consulter des professionnels formés dans ce domaine.

    Jennifer

Est-ce que je peux choisir mon poids ?

Peut-être que ce ne sera pas une surprise pour vous ou peut-être que ça vous fera l’effet d’une bombe mais malheureusement NON, vous ne pouvez pas choisir votre poids. Je dis «malheureusement» car je sais à quel point, l’objectif d’atteindre un certain poids fait souffrir et devient parfois obsessionnel.

Le poids déjà, c’est quoi ?
C’est simplement la somme des divers éléments de l’organisme: la masse maigre, la masse grasse, la masse osseuse et l’eau. Au même titre que d’autres paramètres physiologiques comme la température corporelle ou la glycémie, il existe une régulation fine de la masse grasse afin d’avoir plus ou moins de réserves énergétiques selon les conditions.

– Comme la température qui a sa valeur de consigne autour des 37°C, la masse grasse a également sa propre valeur de consigne.
– Comme la température qui varie légèrement autour des 37°C, la masse grasse varie autour de sa valeur de consigne.
– Comme la température n’a pas besoin de vous pour se réguler, la masse grasse se débrouille très bien seule également.

Cette régulation précise, se fait grâce aux signaux que vous envoie votre corps, les fameuses sensations alimentaires (faim, rassasiement). Ainsi, c’est en suivant ces sensations alimentaires que le poids reste relativement stable, à sa valeur de consigne que l’on appelle aussi le set-point, le poids de forme, le poids d’équilibre. Attention, je ne parle pas ici du poids « idéal » pour vous mais bien d’un poids physiologique.

Est-ce aussi simple ?
Disons qu’à la base oui… mais de très nombreuses raisons compliquent tout ça et notamment les régimes et les règles alimentaires. En fait, LE CONTROLE MENTAL. A partir du moment où vous mettez du contrôle mental pour sortir de la régulation naturelle du corps, dans le but de contrôler votre poids, ça complique les choses. Le corps, malgré le temps que ça lui prendra, reprendra tôt ou tard le dessus sur votre mental et vous perdrez la bataille. C’est pour cela que j’insiste tant sur le fait de recréer un lien avec son corps et de respecter ses besoins pour sortir de cette lutte.

Qu’est-ce que la grossophobie?

Sujet difficile à traiter mais au combien essentiel pour faire évoluer les représentations. Je précise que mon but n’est pas blâmé qui que ce soit. C’est simplement d’informer de ce phénomène, pas encore assez connu et à l’origine de beaucoup de souffrances.

La grossophobie déjà, qu’est-ce que c’est ? Selon la définition du Robert, c’est l’ensemble des attitudes et des comportements hostiles qui stigmatisent et discriminent les personnes grosses, en surpoids ou obèses.

Cela va de la simple taquinerie au rejet plus important et cette stigmatisation est partout:
– à l’école : « Je ne te choisis pas dans mon équipe car tu es le plus gros»
– dans le milieu médical : «Madame, ce serait bien de perdre du poids si vous souhaitez avoir des enfants»
– dans le monde du travail : «Vu son physique, on va ne va pas choisir cette personne, elle manque surement de discipline et de volonté»
– dans le monde financier : «Lui accorde-t ’on ce prêt alors que son hygiène de vie est loin d’être idéale?»
– dans la famille : «Finis donc la dernière part de gâteau, un gros nounours comme toi a besoin de manger»

La grossophobie est insidieuse et omniprésente dans la société, reléguée par les médias et l’industrie des régimes. Elle finit par être dans tous les esprits, même les plus bienveillants. Qui n’a jamais pensé à l’égard d’une personne en surpoids «Elle ne pourrait pas faire des efforts?». L’opinion qui domine encore aujourd’hui elle celle que les gens sont responsables de leur poids et ce, malgré les preuves scientifiques que l’obésité est une maladie complexe et multifactorielle, qui n’a rien à voir avec une quelconque volonté.  

Ce que je trouve le plus dur, c’est que même les personnes en surpoids et en situation d’obésité sont convaincues d’avoir un manque de motivation et de volonté. Alors qu’elles se sont déjà infligées les pires régimes, avec une volonté qui me semble extraordinaire. Est-ce qu’il ne faut une volonté incroyable pour manger de la soupe au chou pendant une semaine ? Pour manger des jus de légumes tous les soirs ? Pour faire des jeûnes intermittents ? Pour supprimer toutes formes de plaisir alimentaire ?

Sans forcément militer pour cette cause, je vous invite juste à revoir votre pensée parfois dure et amener simplement un peu d’empathie et de douceur à l’égard des personnes ayant des difficultés avec la gestion de leur poids ou envers vous-même si vous vous sentez concerné.